Corsica Nature

oiseaux,mammifères,poissons,réptiles,amphibiens, forum Hermanni de CORSE,végétaux
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherCalendrierS'enregistrerConnexion

Sujets similaires
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» La Chasse aux sangliers (75kgs)en CORSE
Hier à 21:19 par murphi6666

» macron piége a cons !
Ven 12 Jan - 20:52 par murphi6666

» https://www.bresser.de/-Optiques divers
Ven 12 Jan - 12:42 par murphi6666

» La fin du Denti en Corse
Jeu 4 Jan - 21:20 par murphi6666

» http://www.free.fr/
Lun 1 Jan - 13:57 par murphi6666

» tophatter.com
Sam 30 Déc - 20:19 par murphi6666

» La pêche de nuit en bateaux (CORSE)
Ven 1 Déc - 17:12 par murphi6666

»  Daiwa Tanacom 1000 E
Lun 9 Oct - 0:00 par murphi6666

» Déformation de la langue Française
Mar 5 Sep - 18:37 par murphi6666

» Cdiscount (a lire)
Mer 19 Juil - 12:53 par murphi6666

» Les cigognes de Marrakech
Dim 9 Juil - 19:43 par murphi6666

» Place jemaa al fna
Dim 9 Juil - 19:40 par murphi6666

» Locations attentions aux arnaques
Dim 9 Juil - 19:10 par murphi6666

» Le Maroc (sommaire )
Dim 9 Juil - 18:49 par murphi6666

» La prostitution au Maroc
Dim 9 Juil - 18:45 par murphi6666

» Le Maroc
Dim 9 Juil - 18:44 par murphi6666

» Nombreuse vidéos suprimés par youtube
Mer 21 Juin - 23:44 par murphi6666

» http://www.fn-rbmcorsica.com
Lun 12 Juin - 19:05 par murphi6666

» a l'huile sur toile
Dim 11 Juin - 1:44 par murphi6666

» La langouste rouge de méditerranée (corse) Palinurus elephas
Sam 3 Juin - 14:04 par murphi6666

Navigation
Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher


LA FAUNE D’EUROPE
CLIQUEZ SUR LE LIEN

Descriptifs-des-Oiseaux-d-EUROPE

Les-sous-especes-de-CORSE
Les-poissons-de-France
Les-mammiferes-de-France
Reptiles-et-Amphibien
Forum-de-la-tortue-d-hermann Corse
Les-insectes
FLORE DIVERS







Partagez | 
 

 Lièvre de CORSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
murphi6666
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1329
Age : 58
Localisation : corse du sud ( a voté ! )
Date d'inscription : 25/01/2007

MessageSujet: Lièvre de CORSE   Mer 14 Mar - 11:06


(Lepus corsicanus)



Genre : Lepus

Famille : Léporidés

Ordre : Lagomorphes

Le lièvre commun est certainement, parmi le petit gibier, l'animal le plus connu de tous les chasseurs. On le trouve partout dans les plaines, collines et montagnes. Toutefois, en raison de la guerre sans merci qui lui est faite et malgré les importations massives et lâchers d'animaux d'élevage, ses effectifs diminuent d'une manière très nette, sauf en Alsace et en Lorraine, où une législation spéciale, d'origine Allemande, permet une exploitation cynégétique rationnelle, ainsi que dans la plus part des chasses organisées; mais hélas! Sur l'ensemble du pays, cela représente peu de chose.. La raréfaction du lièvre est la conséquence inéluctable des chasses non réglementées, et celle-ci, bien que des efforts (GIC notament) soirs effectués, soient encore la majorité. Un autre fait contribue également a cette diminution : on tire le lièvre bien trop tôt en saison. Tout chasseur a pu constater que parmi les bêtes qu'il tue en Septembre, devant soi ou au rabat, il y avait peu de bouquins, mais beaucoup de hases et parmi elles un bon nombre de mères en période d'allaitement. Or, il est impossible, à de rares exception près, de distinguer un bouquin d'une hase, quand le gibier part devant le chasseur, poussé par le chien, ou vient vers lui, chassé par des rabatteurs. La seule solution est donc de ne chasser le lièvre que pendant le temps où sa mort hypothèque moins l'avenir, c'est à dire du 15 Octobre au 15 Décembre.Enfin, la tularémie, maladie infectieuse, sévit toujours à l'état endémique. On peut donc se demander comment l'espèce réussit à survivre là où rien n'est fait pour la protéger. Si la hase n'était pas si prolifique il y a longtemps que le lièvre aurait disparu de certaines régions; il faut noter aussi que l'espèce est plus productive en femelles qu'en mâles, ce qui constitue un atout supplémentaire pour sa survie.



Caractéristique:

Le lièvre se distingue nettement du lapin : son pelage, bien que semblable, est plus roux; ses oreilles, plus longues que la tête ont l'extrémité noire; ses pattes de derrière sont beaucoup plus longues que celles de devant; sa queue est noire dessus et blanche dessous. Un lièvre adulte pèse de 3 à 5 Kg.


Alimentation :

Le lièvre est un animal nocturne. C'est la nuit qu'il s'accouple et qu'il recherche sa nourriture, composée de toutes les semences et plantes de bois, des champs, des prés, des vignes. Il ne s'attaque aux écorces des jeunes arbres qu'en cas de disette, lorsque l'hiver est rigoureux. Comme pour le lapin, la nourriture et l'ensemble de l'habitat influent sur la qualité de sa chair. C'est la nuit aussi qu'il établit son gîte ; il creuse, suivant le temps et la saison, soit dans un buisson et les haies, soit dans les vignes. Seule le dos de l'animal émerge du gîte, et il faut avoir l'œil très exercé pour le découvrir.

Comportement et reproduction:

Quoiqu'on ait pu écrire, le lièvre n'est pas un animal craintif. Maint chasseur a pu contempler de près un lièvre au gîte. Par ailleurs, celui-ci vient souvent manger les légumes dans les jardins potagers, à la porte même des fermes.Mais le lièvre n'a que deux moyens de défense : sa rapidité et sa ruse. Quand il est attaqué par l'homme ou par les animaux, sa seule chance de salut est la fuite. Son comportement est toutefois différent suivant qu'il est lancé en plaine ou dans les bois. En plaine, il file droit devant lui pour essayer de gagner le plus rapidement possible un couvert (luzerne, betterave, maïs, vigne, etc...). Un fois là, il emploie toute sa ruse exactement comme dans les bois : dès qu'il est levé, il ordonne sa course, recoupe sa voie, revient en arrière. Toutefois, s'il est serré de trop prêt il prend du champ en filant tout droit. Souvent, il sort du bois, fait un grand tour en plaine en essayant de mettre en défaut ses poursuivants, puis revient dans le bois. Parfois même, après de multiples feints, le lièvre revient sur les chiens et se tapit. Il arrive de voir un lièvre dérangé mais non poursuivi, s'éloigner à une certaine distance, se dresser sur ses pattes de derrière, comme le font les lapins, et regarder autour de lui en agitant les oreilles.Par temps sec, le lièvre recherche l'ombre et une certaine fraîcheur ; son gîte est alors établi dans les couverts frais : Luzerne, maïs, trèfle, betterave, lorsque ceux-ci sont assez denses ; le gîte est toujours situé prés de la bordure, ce qui permet à l'animal de prendre le large rapidement en cas de danger. On le trouve également dans les haies vives assez épaisses. Si l'année est très sèche, le lièvre gîte dans les couverts en bordure de l'eau (rivière, étang, ruisseau). Lorsque toute la superficie d'une région est boisée, il préfère les cépées très feuillues. Par temps humide, quand les couverts sont trempés, il gagne les labours, les friches et les chaumes. Les gros ronciers, les vieilles carrières, les talus ont également sa faveur. Il établi alors son gîte en tâchant de se protéger du vent par un rempart naturel.


S'il n'est pas dérangé, le lièvre reste très cantonné. Lorsqu’on pratique un territoire de chasse depuis longtemps, on est amenés a faire des constatations précieuses : il est des endroits où les lièvres ont habitudes de faire leur gîte ; on les y retrouvent tous les ans, bien que les prédécesseurs aient été tués. De même, les itinéraires de fuite passent par des points immuables, et cela quel que soit l'endroit où l'animal a été levé. En outre, dans un certains lieux, on ne rencontre jamais de lièvre, quel que soit le temps.
La saison des amours du lièvre commence dés la fin décembre. La hase met bas jusqu'à l'automne, 2 à 4 portées de 2 à 4 levrauts chacune. Suivant certains auteurs, elle espace ses petits les uns des autres, d'une cinquantaine de mètres, en les mettant au monde. Elle dépose auprès d'un point de repère (chardon, touffe d'herbe, etc.), mais toujours en dehors des fourrés, des haies et des broussailles. Le levraut reste sur place et ne bouge pas. Dés que le soleil est couché, la hase vient donner la téter à ses petits ; pendant la première semaine, elle vient également pour la tétée vers midi.
Au moment des amours, les bouquins se livrent entre aux des combats sans merci. Mais cette humeur combative cause parfois leur perte : en effet, ces joutes, qui commencent au cours de la nuit, durent encore lorsque le jour paraît ; les lièvres sont ainsi surpris par le jour loin de leur gîte ; ils se tapissent alors comme ils peuvent pour passer la journée là où ils se trouvent... et où peut les trouver un chasseur chanceux. (Notons que maintenant la chasse n'a presque plus jamais court pendant ces période)


Nous présentons les résultats d'un projet d'analyse de la diversité génétique au sein de l'espèce Lepus corsicanus effectué à l'INFS et faisant partie d'un grand projet en cours sur la biologie de cette espèce. Les échantillons de L. corsicanus ont été collectés dans différentes localités de l'Italie centrale, méridionale et de la Sicile. De plus, dans le but de définir les relations phylogénétiques au sein du genre Lepus, des échantillons de L. europeus (lièvre européen) et d'autres espèces du genre ont aussi été collectées en Italie et dans le reste de l'Europe. Les résultats montrent une différenciation génétique nette du L. corsicanus : en conséquence, le statut d'espèce vraie est garanti au niveau moléculaire. Les relations phylogénétiques entre espèces suggèrent la présence de deux groupes distincts : L. corsicanus appartient à une lignée évolutive comprenant des espèces qui sont probablement originaires d'un refuge glaciaire au sud de l'Europe avant la colonisation par le lièvre européen. Au contraire, le lièvre européen appartient à une lignée différente comprenant des espèces d'origine africaine. Enfin, des suggestions pour des mesures de conservation sont proposées pour L. corsicanus.


L’évolution des paysages et des pratiques agricoles altère de plus en plus ses conditions de vie. Son habitat morcelé et uniformisé, ses populations séparées par des axes autoroutiers, est autant de difficultés à surmonter. Certaines pratiques agricoles comme l’ensilage des prairies et des luzernes, l’épandage de pesticides, ainsi que la circulation routière sont les maux contemporains dont souffre cette espèce qui, autrefois ne redoutait pas les maladies, les intempéries et les prédateurs. Pourtant, malgré une nette baisse de leurs effectifs au cours des 20 dernières années, les populations de lièvres semblent à nouveau prospérer dans quelques régions en raison des mesures de compensation écologique mises en vigueur dans l’agriculture et de moratoires de sa chasse pris dans quelques cantons.


Revenir en haut Aller en bas
http://corsica-nature.discutfree.com
 
Lièvre de CORSE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [i]Dianthus corsicus[/i] est-il originaire de Corse ?
» photos margi d'accupulata en corse
» Corse : DINO, chiot 3 mois typé WEIMAR, yeux verts
» Corse - Choco, chiot x braque de 8 mois
» Bonjour de Corse du Sud

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Corsica Nature :: Les mammifères-
Sauter vers: