Corsica Nature

oiseaux,mammifères,poissons,réptiles,amphibiens, forum Hermanni de CORSE,végétaux
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherCalendrierS'enregistrerConnexion

Sujets similaires
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher


LA FAUNE D’EUROPE
CLIQUEZ SUR LE LIEN

Descriptifs-des-Oiseaux-d-EUROPE

Les-sous-especes-de-CORSE
Les-poissons-de-France
Les-mammiferes-de-France
Reptiles-et-Amphibien
Forum-de-la-tortue-d-hermann Corse
Les-insectes
FLORE DIVERS







Partagez | 
 

 Pêche et ... braconnage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
murphi6666
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1434
Age : 57
Localisation : corse du sud ( a voté ! )
Date d'inscription : 25/01/2007

MessageSujet: Pêche et ... braconnage   Mar 17 Avr - 15:42

La pêche à la main

La pêche à la main était peu pratiquée, la rivière aux fonds vaseux n'offrant pas d'autre cache aux poissons que les "cavernes" creusées sous les berges par le courant (pourtant modeste). Dans les parties peu profondes, ces excavations étaient explorées à la main.
Dans les zones plus profondes, le pêcheur accroché par les mains à la végétation de la rive, explorait "aux orteils"; lorsqu'il sentait un poisson (qui ne bougeait pas du tout au contact du pied !), un compère complice plongeait en suivant la jambe et saisissait le poisson aux ouïes.


Les engins de pêche

• l'épervier : filet de pêche classique, dont le lancer à la main demandait une certaine habileté. En fin de journée, un coup d'épervier en deux ou trois "coins" tenus appâtés et le repas du soir était assuré.

• la "corde" : simple fil solide, amarré à la rive, terminé par un fort hameçon, avec pour esche un gros ver de terre, un paquet d'asticots ou une boule de composition tenue secrète..; posée à la tombée de la nuit, levée à la pointe du jour, par prudence et pour éviter les (réels ?) décrochages du petit matin. Toutes sortes de prises ; carpes, tanches, anguilles, brèmes, etc..

• la" nasse ": de toutes formes et de toutes tailles; de fabrication artisanale pour les (très) grands modèles; généralement faite de grillage; amorcée à l'aide de boules constituées de pain ou de repasse , de bouse de vache, de terre un peu lourde, avec quelques vers de terre et asticots. Pour tous poissons ...
Les nasses n'étaient retirées de la rivière qu'en période de basses eaux.

• le trémail (forme locale de "tramail") : filet classique, de toutes longueurs, de toutes hauteurs, de toutes dimensions de mailles (fonction du poisson pêché); tendu en travers du Dropt à l'aide d'un très long bambou ou tout simplement en se mettant à l'eau (quand la température le permettait); posé à la tombée de la nuit, levé au petit matin (voir plus haut "corde").
Achetés dans le commerce, ces filets avaient la maille "réglementaire" (sic) de 27 mm; les pêcheurs du Dropt en espéraient des circonstances atténuantes en cas de flagrant délit (toujours possible...).

• l'araignée (ou "triandière", de trian = goujon en patois) : formée d'une nappe de filet de faible hauteur (0.50 m par exemple), à maille en fil très fin (maille "réglementaire" de 10 mm de côté), pour la pêche de nuit des goujons, dans les gués, à l'époque du frai. Les poissons s'engagent dans les mailles et se prennent surtout par les ouïes.

• le "trassou" : filet court (1 m environ) tendu entre deux bâtons. Le trassou était inséré verticalement (les bâtons étant horizontaux) dans un massif d'herbes à carpes, plante aquatique où les carpes aiment frayer; une carpe prise dans le trassou s'épuisait à vouloir entraîner le filet, freiné par les bâtons emmêlés dans les herbes. Il n'y avait plus qu'à ramasser le paquet au petit matin.

• l'anguillère : ce terme désigne ordinairement un vivier à anguilles ou bien une nasse à anguilles. Il s'agit ici d'un piège à anguilles édifié et utilisé naguère par les meuniers pour capturer des quantités importantes d'anguilles (plusieurs dizaines de kg par opération). Le dispositif ( voir image ), constitué de plusieurs grilles à claire-voie (en bois ou métalliques) savamment disposées à contre-pente les unes des autres, est placé à la sortie de pelles placées sur le bord du bief, proches du moulin. A la bonne saison (migration), avec une eau convenable (boueuse), l'ouverture des pelles crée un courant que suivent les anguilles retenues alors par cette sorte de "tamis".
Plusieurs moulins possèdent aujourd'hui encore une anguillère opérationnelle, mais leur utilisation semble interdite.


La forcée

Vraie opération commando (estivale): deux "pêcheurs" en action dans la rivière et un guetteur chargé de surveiller les flotteurs des filets et accessoirement de s'assurer de l'absence à l'horizon visible d'indiscrets (de tout poil).
Le principe : barrer un secteur d'une cinquantaine de mètres de long à l'aide de deux filets et battre la rivière de façon à chasser le poisson vers les filets.
La méthode : les filets sont mis en place silencieusement et simultanément; les pêcheurs, partant ensemble d'un des deux filets, percutent violemment l'eau - chacun sa rive - jusqu'à l'autre filet, à l'aide de "bouladous" (bâtons terminés par un talon de botte), en visant particulièrement les "cavernes" sous les rives dans l'espoir d'en déloger les (sûrement gros) poissons qui s'y cachent. Le guetteur encourage éventuellement les acteurs si "ça bouge" au niveau des flotteurs !
Après un aller et retour, il n'y a plus qu'à lever les filets, et ... recommencer un peu plus loin si nécessaire.
Efficacité redoutable ...
Cette méthode a toujours été prohibée : "il est interdit de faire usage, pour déloger le poisson, de rames, perches ou autres instruments" (archives du Drot - fin 19ème siècle)


Saison sèche

Un été très sec pouvait faire tarir le Dropt ... L'eau résiduelle était alors localisée dans les (anciens) profonds, où se trouvaient - pouvait-on penser - les poissons rescapés.
Il suffisait, armé d'une épuisette, de fouiller ces trous d'eau pour en retirer du poisson.
Dans le cas de bassins un peu trop grands pour cette méthode artisanale, les trous d'eau étaient vidés à la pompe (à main ou même à moteur!).

Parfois, se produisait un tarissement "artificiel" du Dropt lorsqu'un minotier levait les pelles du moulin. Il suffisait d'être un de ses amis ...


La pêche aux grenouilles

Une nuit d'été sans lune.
Une barque à fond plat.
Une lampe à acétylène.
Deux "pêcheurs", l'un conduisant le bateau, l'autre éclairant les massifs de feuilles de nénuphars.
Les grenouilles, éblouies par la lumière, cueillies à la main ...
Revenir en haut Aller en bas
http://corsica-nature.discutfree.com
 
Pêche et ... braconnage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le musée du braconnage
» Braconnage Madagascar
» Braconnage Philippines tortues imbriquées août 2010
» Coup de coeur à SOS braconnage
» Pétiton contre le braconnage des rhinocéros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Corsica Nature :: Les poissons d'eau douce :: Pêche et législation-
Sauter vers: