Corsica Nature

oiseaux,mammifères,poissons,réptiles,amphibiens, forum Hermanni de CORSE,végétaux
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherCalendrierS'enregistrerConnexion

Sujets similaires
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher


LA FAUNE D’EUROPE
CLIQUEZ SUR LE LIEN

Descriptifs-des-Oiseaux-d-EUROPE

Les-sous-especes-de-CORSE
Les-poissons-de-France
Les-mammiferes-de-France
Reptiles-et-Amphibien
Forum-de-la-tortue-d-hermann Corse
Les-insectes
FLORE DIVERS







Partagez | 
 

 Le Réchauffement de la Planète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
murphi6666
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1413
Age : 57
Localisation : corse du sud ( a voté ! )
Date d'inscription : 25/01/2007

MessageSujet: Le Réchauffement de la Planète   Mar 15 Mai - 16:16



Un dossier réalisé par Léonore Jaury et Charlotte Langrand,
aquarelle de Céline Potard



Jamais la situation environnementale de notre planète n’aura été si préoccupante. Début février 2007, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), réuni à Paris, a publié son dernier rapport, dont les conclusions sont autant de raisons de tirer la sonnette d’alarme.
Selon ces scientifiques, le climat se réchauffe dangereusement. Si cette tendance se maintient, les phénomènes climatiques extrêmes devraient se multiplier, entraînant des conséquences dramatiques pour la nature et les populations.
Inondations, tempêtes, cyclones, canicule, sécheresse, fonte des glaciers, montée du niveau des mers... Il ne s’agit pas du scénario d’un film catastrophe, mais bel et bien de notre futur proche. Toujours selon ce rapport, les scientifiques sont certains à plus de 90 % de la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement climatique des cinquante dernières années. De quoi culpabiliser...
Depuis dix ans, les organisations non-gouvernementales et les écologistes se réunissent régulièrement pour tenter de rassembler les pays du monde entier – pays industrialisés en tête – et leur faire adopter une politique d’efforts communs visant à réduire les activités humaines responsables des dégâts. Le but : modifier les modes de production pour préserver notre planète, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Pour prévenir toutes ces catastrophes, il faudrait changer tout un système mis en place par nos sociétés depuis des années. Économiquement, financièrement, stratégiquement…
Il s’agirait d’un bouleversement que tout le monde n’est pas prêt à assumer. Rappelons que les États-Unis, principal émetteur de gaz à effet de serre, se sont retirés du protocole de Kyoto, et que l’Inde et la Chine, pays en plein développement, sont très réticents sur ce sujet, craignant une entrave à leur croissance.
Mais tout le problème est là : comment faire changer radicalement les mentalités et les habitudes de consommation des habitants de la Terre entière ? Il en va de la survie de notre bonne vieille planète...


La dernière décennie affiche à son compteur de nombreux phénomènes climatiques qui affolent les écologistes et, de plus en plus, les citoyens. On réalise que les saisons sont de moins en moins marquées, que l’hiver est beaucoup plus doux et que la neige n’est plus systématiquement au rendez-vous... La MIES (Mission interministérielle de l’effet de serre) a par ailleurs répertorié quelques événements climatiques dramatiques survenus ces dernières années, ne serait-ce que sur le territoire français : le cyclone George passe aux Caraïbes en septembre 1998 ; en mai 99, de violents orages font trois morts et plusieurs blessés en Île-de-France ; la Somme déborde en mai 2001 ; une canicule fait rage durant l’été 2003...Autant d’exemples qui alertent l’opinion publique.

Au début du mois, les experts du GIEC (Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) se sont réunis à Paris afin d’exposer leurs travaux sur l’avenir de la planète. Les conclusions qui en ressortent sont très inquiétantes, mais ont le mérite de mettre fin à la controverse : il est désormais certain à plus de 90 % que l’homme est responsable du réchauffement de la planète.

Tout d’abord, les gouvernements ne s’impliquent pas assez, préférant se soucier de l’économie plutôt que de l’écologie, fuyant toute responsabilité. Les pays industrialisés (Europe, Amérique du Nord) sont au premier rang, mais l’Asie est sur le point de rattraper tout le monde... Ensuite, les prévisions laissent apparaître des scénarios plutôt pessimistes. Les spécialistes sont formels : il y a urgence, la planète est en danger, il faut agir !

Les dérèglements ne sont pas prêts de s’arrêter et les problèmes de température, de précipitations, le niveau de la mer ou les catastrophes naturelles vont continuer à prendre de l’ampleur.

- Il fait (et fera) de plus en plus chaud : depuis le début du XXe siècle, la température de surface a augmenté de 0,7 °C. Depuis 1850, les dix années les plus chaudes sont postérieures à 1994. Selon les travaux des Nations Unies sur le changement climatique, les chercheurs s’accordent à dire que le réchauffement planétaire atteindra 1,8 à 4 °C supplémentaires au cours des cent prochaines années. Mais ce réchauffement se répartit inégalement : les saisons, par exemple, ne subissent pas les mêmes changements. Les hivers se réchauffent plus que les étés. En Europe, il y a moins de jours très froids et plus de jours très chauds, l’augmentation de la température est beaucoup plus visible la nuit que le jour et, surtout, elle est bien plus rapide sur les continents que sur les océans.

- Toujours plus d'eau : la quantité des précipitations s’est accrue sur les continents aux latitudes élevées de l’hémisphère Nord. Le niveau de la mer a augmenté de 15 à 20 cm au cours du XXe siècle. Ce phénomène est imputable à l’augmentation de la température moyenne du globe. Compte tenu de la fonte des glaces, la plupart des glaciers ont perdu de leur volume et contribuent (à 30 %) à la hausse du niveau de la mer. Le Groenland perd environ 150 gigatonnes de glaces par an depuis 15 ans, et la mer de glace, près du Mont-Blanc, a reculé de 9 km en 150 ans... Le niveau moyen global d’élévation actuel est d’environ 3 mm par an, et atteint 20 mm dans certaines régions du monde !
Pour l’an 2100, il est prévu une élévation de 18 à 59 cm du niveau marin, ce qui menace fortement les régions côtières de certains pays pauvres, comme le Bangladesh ou les Maldives. Mais pas besoin d’aller aussi loin : la Camargue pourrait également risquer une submersion... Deux cent millions de personnes pourraient être forcées de quitter leur habitat, englouti sous les eaux.

- Des tempêtes plus intenses : le phénomène climatique El Niño, à l’origine de sécheresses et d’inondations dans de nombreuses parties du globe, s’est renouvelé plus fréquemment entre 1990 et 1995 qu’au cours des cent vingt dernières années. Les experts restent cependant prudents : les ouragans ne seraient pas plus nombreux, mais plus violents. Selon le dernier rapport du GIEC, ce renforcement en puissance peut être attribué au réchauffement climatique à hauteur de 50 %. Les météorologues de Météo France s’accordent à dire qu’ils sont beaucoup plus intenses depuis 1995. C’est aussi leur trajectoire qui se modifie : ils se décalent vers l’Est et l’Europe serait ainsi visée.


Réduire la pollution au quotidien

Chaque individu peut agir à sa façon pour pallier les menaces du changement climatique. Il s'agit de gestes simples et quotidiens.

En ville, pour les déplacements quotidiens inférieurs à 3 km, les transports en commun sont à préférer.

A la maison, en baissant le chauffage d'un seul degré, on peut faire des économies d'énergie considérables. Il faut alors choisir des appareils à faible consommation (sur les produits électroménagers, la consommation est désormais indiquée). Les ampoules électriques économiques, dont certaines durent 10 000 heures, ne consomment que 20% de l'énergie nécessaire aux ampoules traditionnelles à filaments.

Le verre est un meilleur choix que le plastique : ses composants sont naturels et il est recyclé. L'incinération du plastique, en revanche, génère des émissions polluantes.

Avec un peu de bonne volonté, on peut recycler le papier, les piles, l'aluminium et les vêtements; devenir des consommateurs avertis en refusant d'acheter des produits avec des emballages extravagants et inutiles...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://corsica-nature.discutfree.com
 
Le Réchauffement de la Planète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Planète Gong !....
» Le réchauffement climatique et les tortues marines
» festival "Planète en fête" en Mayenne
» Les mésanges s’adaptent au réchauffement climatique !
» L'ours polaire cannibale : réchauffement climatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Corsica Nature :: Les oiseaux d'europe :: forum des sujets divers-
Sauter vers: